Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Homélies catholiques de la Martinique
les homélies d'un prêtre catholique en paroisse, ayant prêché de nombreuses retraites en foyer de charité

Réanimation sur la montagne sainte - Homélie 2° dimanche du Temps Ordinaire C

dominicanus #Année C (2012 - 2013)

2 careme C ev
    En ce deuxième dimanche du Carême, l'Église nous donne à entendre l'évangile de la Transfiguration. Nous ne fêtons pas la Transfiguration aujourd'hui pour autant. Cette fête est fixée au 6 août. La couleur liturgique de ce jour est bien le violet, non le blanc. C'est donc dans une démarche de pénitence, mais illuminés déjà par la gloire du Christ, qu'après avoir suivi Jésus dans le désert, nous le suivons maintenant sur la montagne.

    Dans la tentation au désert Jésus nous rappelait cette vérité fondamentale pour notre vie: "Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre". Le pain que Jésus nous invite à demander au Père chaque jour, ce n'est donc pas seulement le pain matériel, qui est pourtant considéré, dans notre culture, comme la nourriture de base pour notre subsistance. Jésus ne fait pas de la théorie. Il s'est lui-même volontairement privé de pain et de toute autre nourriture pendant quarante jours.

    De plus en plus de chrétiens renouent avec la tradition du jeûne, en pratiquant, non pas, comme Jésus, un jeûne absolu, mais en ne mangeant que du pain, et ne buvant que de l'eau. Cette privation n'a de sens qu'en vue d'une plénitude, la plénitude d'une autre nourriture, plus nécessaire que le pain pour la vie de l'homme. L'homme ne vit pas seulement de pain, parce que l'homme n'est pas seulement un corps. L'homme est aussi une âme spirituelle, qui, elle aussi, a besoin d'une nourriture substantielle.

    Le temps du Carême est un temps de jeûne pour tout ce qui concerne les nourritures terrestres, celles du ventre, mais aussi celles des yeux, des oreilles, etc... Moins de télévision, moins de musique, moins de téléphone, moins de divertissement. Pourquoi et pour quoi?

- Pourquoi? Parce ce que durant tout le reste de l'année nous imposons un jeûne tellement rigoureux à notre âme, en la privant de sa nourriture fondamentale, qu'à force d'être sous-alimentée, elle en est devenue tout affaiblie et malade.

- Pour quoi? Pour que nous ayons plus de temps à consacrer à nourrir notre âme de ce qui est capable de lui redonner vigueur: la Parole de Dieu.

    Rien à voir, donc, avec un régime amaigrissant. Bien qu'elle ne soit pas à exclure, la perspective, ici, n'est pas non plus d'abord de jeûner pour partager avec ceux qui n'ont jamais de quoi manger à leur faim, de se priver pour pouvoir faire l'aumône aux pauvres. C'est plutôt de rejoindre le camp de ceux qui dont le ventre n'est pas leur dieu (cf. 2e lect.), ceux qui ne vivent pas comme des païens, mais comme des croyants qui vivent selon les commandements, et qui, par conséquent bien sûr, partagent avec ceux qui n'ont rien à se mettre sous les dents.

    Si nous faisons jeûner notre corps, c'est pour cela. Ce que Jésus répond au tentateur qui lui propose, après quarante jours de jeûne, de changer une pierre en pain, est une citation partielle d'un passage du Deutéronome. Il vaut la peine de lire ce passage dans son contexte:

Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l'a imposée pour te faire connaître la pauvreté ; il voulait t'éprouver et savoir ce que tu as dans le coeur : est-ce que tu allais garder ses commandements, oui ou non ? Il t'a fait connaître la pauvreté, il t'a fait sentir la faim, et il t'a donné à manger la manne - cette nourriture que ni toi ni tes pères n'aviez connue - pour te faire découvrir que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. (Dt 8, 2-3)

    Ce passage nous montre bien "la pédagogie de la faim", de la pauvreté, mise en oeuvre par le Seigneur: apprendre à son peuple à garder "ses commandements", en l'invitant à se nourrir davantage "de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur".

    Avant de devenir archevêque de Cantorbéry et de jouer un rôle majeur dans l’histoire de l’Angleterre, Étienne Langton (vers 1150-1228) a été l’un des maîtres les plus importants des écoles parisiennes. Le fruit de son enseignement est notamment un commentaire de toute la Bible. Son exégèse de l’Exode contient un texte qui rappelle que, la Parole divine s’adressant à toutes les générations, chacun est invité à y rechercher une réponse à ses propres interrogations:

Au matin, de la rosée était répandue tout autour du camp. (…) Ayant vu cela, les enfants d’Israël se dirent l’un à l’autre: Manhu ? ce qui signifie : "Qu’est-ce que cela ?" Ils ignoraient ce que c’était. Moïse leur dit : "Ceci est le pain que le Seigneur vous a donné pour nourriture" (Ex 16, 13-15).
La rosée est la sainte Écriture. De même que la rosée est suave, cachée et rafraîchissante, de même la sainte Écriture est douce, cachée, profonde et fraîche, puisqu’elle a de quoi apaiser les brûlures des vices. La rosée descend le matin, c’est-à-dire dans la lumière de la grâce… Elle a recouvert la surface de la terre : l’Écriture fait disparaître en nous toute lourdeur terrestre… La rosée apparaît dans la solitude du désert parce que c’est dans notre solitude intérieure que doit être accueillie l’Écriture sainte et non dans la bousculade des soucis matériels... Manhu, c’est-à-dire : "Qu’est-ce que cela ?" Parce que, comme le dit Grégoire, la puissance de ce mot nous invite sans cesse à apprendre : quand tu entends réciter la Loi de Dieu, tu ne peux que rechercher et constamment demander aux doctes : "Qu’est-ce que cela ?"

    Voilà pour le désert. Sur la montagne, c'est le même thème qui revient, quand, "de la nuée, une voix se fit entendre: Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le". Ici encore, la nourriture que Dieu lui-même a choisie pour nous, la nourriture "de choix" donc, c'est tout ce qui vient de sa bouche. Mais la bouche de Dieu, ce n'est plus ici un anthropomorphisme, une simple manière de parler; c'est la bouche du Verbe fait chair. Écouter tout ce qui sort de cette bouche-là, et s'en nourrir, c'est donc non seulement un "bouche à oreille", c'est littéralement un "bouche-à-bouche" avec le Seigneur qui nous permet d'être réanimé et de prendre des forces pour le suivre sur le chemin de la volonté du Père, sur la route vers Jérusalem, pour nous livrer nous-mêmes avec lui en pâture aux hommes, pour devenir nous-mêmes une nourriture substantielle pour tous ceux qui meurent de faim.


    Voilà donc un beau programme de Carême. Mais dans la pratique, des questions se posent inévitablement. Comment le Fils nous parle-t-il, et comment l'écouter aujourd'hui? Qu'est-ce que la Parole de Dieu? Est-ce la même chose que l'Écriture, la Bible? Écouter le Fils, dès lors, cela revient-il à lire la Bible? Comment lire la Bible?

    Impossible de répondre à toutes ces questions en quelques minutes. Je me contenterai de proposer à votre méditation quelques points qui me paraissent importants.

    D'abord, une lecture chrétienne des Écritures est, dès les origines, une relecture christique. Ainsi pour saint Irénée de Lyon (2e siècle), le Christ est le trésor caché dans l’Écriture:

Patriarches et prophètes ont semé la parole concernant le Christ, et l’Église a moissonné, c’est-à-dire recueilli le fruit. (…) Si donc quelqu’un lit les Écritures de cette manière, il y trouvera une parole concernant le Christ et une préfiguration de la vocation nouvelle. (…) Lue par les chrétiens, (la prophétie) est ce trésor naguère caché dans le champ, mais que la Croix du Christ révèle et explique.

    Il s'agit donc de chercher une réalité qui ne saute pas aux yeux. Manger la Parole de Dieu qu'est le Christ, ce n'est pas de la restauration rapide! C'est au contraire une entreprise laborieuse qui nécessite une longue recherche d'une réalité cachée.

    Origène lui non plus ne nie pas la complexité de l’entreprise. Il dit que c’est un problème de clés. Celles-ci sont à chercher dans toute l’Écriture:

L’ensemble de l’Écriture divinement inspirée, à cause de l’obscurité qui est en elle, ressemble à un grand nombre de pièces fermées à clé, dans une maison unique ; auprès de chaque pièce est posée une clé, mais non pas celle qui lui correspond. (…) C’est un très grand travail que de trouver les clés et de les faire correspondre aux pièces qu’elles peuvent ouvrir (…) puisqu’elles ont leur principe interprétatif dispersé parmi elles.

    Devant une telle complexité, comment faire? En fait, la difficulté n'est pas d'abord d'ordre technique. Le problème est d'ordre spirituel. La lecture et la compréhension de l’Écriture exigent un effort de l'intelligence, c'est entendu, mais avant tout une conversion du cœur pour accueillir la parole de Dieu, comme le rappelle encore Origène:

    La raison pour laquelle les lectures qu’on nous fait peuvent être comprises ou non, l’Apôtre l’indique en bref quand il déclare que "le voile de l’Ancien Testament" peut "être enlevé" des yeux de celui qui "s’est converti au Seigneur"; par là il a voulu qu’on sache qu’elles nous sont d’autant moins claires que notre conversion à Dieu est moins sérieuse.

    En fait, l’Écriture n’est pas en elle-même et immédiatement la parole de Dieu, mais la parole de Dieu se révèle dans l’Écriture, dans l’acte de lecture conduit par l’Esprit-Saint dans l'Église:

Par la Tradition, le canon intégral des Livres saints se fait connaître à l’Église, tandis que ces Textes saints y sont compris de manière de plus en plus profonde et qu’ils y sont sans cesse rendus agissants. (Dei Verbum, 8)

    Le protestantisme, dans certains de ses mouvements, a parfois tendance à prendre l’Écriture pour un "morceau de Dieu", tombé du ciel, comme le Coran pour les musulmans. Le récit fondateur des Mormons, par exemple, raconte que John Smith aurait découvert sous un rocher, grâce aux indications d’un ange, des plaques en or où était gravée la parole de Dieu adressée aux pionniers d’Amérique.

    Ce n'est pas comme cela que Dieu nous parle. Quand on étudie la formation du canon biblique, on est amené sans cesse à saisir le poids des médiations humaines dans la constitution des Écritures. Si Dieu nous parle, c'est toujours dans un Peuple, avec son histoire et toutes ses péripéties, avec toutes les médiations humaines que cela suppose. Impossible donc d'interpéter correctement la Bible, sinon dans un Peuple, puisque sans ce Peuple, il n'y aurait jamias eu de Bible. Même s'il y en avait eu une, elle serait tombée dans l'oubli général depuis bien longtemps.


    C'est à l'intérieur d'un Peuple, l'Église, que le Christ nous parle et que nous devons l'écouter. C'est aussi en Église que le Christ nous appelle à devenir médiateur dans l'unique médiateur, "collaborateur de Dieu dans la prédication de l’Évangile" (1 Th 3, 2).

    Enfin, dans une perspective oecuménique, Benoît XVI faisait remarquer:

L’action spirituelle qui exprime et nourrit la vie et la mission de l’Église se fonde obligatoirement sur la Parole. Destinée à tous les disciples du Seigneur, ainsi que nous l’a rappelé la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, la Parole de Dieu requiert vénération et obéissance, pour répondre au pressant appel à la pleine communion de tous les fidèles du Christ.

    "Celui-ci est mon Fils, celui que jai choisi, écoutez-le". Que cet appel du Ciel ne reste pas sans réponse. Que sans tarder nous nous mettions, en Église, tous ensemble, à chercher le trésor caché dans la Bible, et les bonnes clés pour le trouver.
RSS Contact