Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Homélies catholiques de la Martinique
les homélies d'un prêtre catholique en paroisse, ayant prêché de nombreuses retraites en foyer de charité

Homélie Jeudi Saint 2011

dominicanus #Année A (2010 - 2011)

 

jeudi.saint.lavement.jpg

 

Tout être humain éprouve deux besoins plus fondamentaux que n’importe quels autres. Nous avons besoin d’être aimés, et nous avons besoin d’aimer. La raison en est que nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, et Dieu est amour. La Très Sainte Trinité, c’est l’amour de Dieu, pleinement vivant, chaque Personne, Père, Fils et Saint Esprit aimant les autres et étant aimée des autres. C’est à cette image-là que nous sommes créés ; nous sommes faits pour suivre cet exemple.

Nous pouvons posséder tout l’or du monde, toute la popularité, la puissance et le succès possible et imaginable, mais si nous ne sommes pas aimés profondément, simplement pour ce que nous sommes, librement, et si nous n’aimons pas un(e) autre au point de nous sacrifier nous-mêmes pour lui (elle), nous serons des misérables.

Jésus connaît notre double besoin fondamental. Par sa souffrance et sa mort, sa Passion qui commence ce soir, il y a pourvu. Saint Jean nous dit :

« Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. »

Ceci veut dire que Jésus nous a donné la preuve ultime, par sa Passion, de son amour sans bornes pour chacun de nous. Et ce soir, en ce Jeudi Saint, il nous a fait trois dons dans le prolongement sa Passion tout au long de l’histoire.

 

  • -       Il nous a donné l’Eucharistie, sa Présence réelle qui nous nourrit en chaque tabernacle, lors de chaque communion.
  • -       Il nous a donné le sacrement de l’Ordre, comme une multiplication sacramentelle, à travers le temps et l’espace, de son propre amour miséricordieux.
  • -       Et il nous a donné le commandement du véritable amour, pour que nous sachions comment aimer en vérité, sans retour sur nous-mêmes, comme quand il a lavé les pieds de ses disciples.

 

Par ces dons éternels, inestimables, Dieu nous sauve, répondant aux deux besoins fondamentaux de tout cœur humain.

 

Chacun de ces dons répond à nos deux besoins les plus profonds. Prenons, par exemple, le sacrement de l’Ordre. Le sacerdoce, c’est la manière que Dieu a choisi pour être présent dans notre vie comme maître, comme père et comme guide, sans pour autant nous envahir. Il envoie sa grâce par les prêtres, des hommes en chair et en os avec qui nous pouvons entrer en relation. Plus question de coups de tonnerre et de nuées de feu et de fumée, comme dans l’Ancien Testament. Dieu se met à notre niveau, pour pouvoir nous élever à son niveau.

La veille des funérailles de Jean Paul II, Rome était envahie d’une foule de cinq millions de pèlerins, selon les estimations. La ville avait de la peine à héberger un tel nombre. Des milliers et milliers ont passé la nuit dans les rues. Et partout où il y avait du monde dans la ville, tout au long de la nuit, l’on pouvait voir des prêtres entendant les confessions dans des confessionnaux improvisés, avec des panneaux autour du cou pour indiquer les langues qu’ils parlaient. Tout au long de la nuit, Dieu prouvait son amour, répandant doucement la lumière de sa miséricorde par le sacrement de la confession.

Dans la matinée suivante, l’un de ces prêtres était interviewé par un journaliste pour un "talk show" américain. Le prêtre était fatigué, affamé, non rasé, mais ses yeux pétillaient de joie. Le journaliste lui demande ce qu’il avait fait toute la nuit. "J’ai entendu des confessions dans les rues de Rome", a-t-il répondu. "Des personnes âgées ?", demande le journaliste. "Certains âgés, mais la plupart des jeunes,", répond le prêtre. Le journaliste demande alors : "C’est bien connu que les jeunes aimaient Jean Paul II parce qu’il était une célébrité. Mais pourquoi veulent-ils se confesser ? Est-ce qu’ils ne veulent pas changer les enseignements de l’Eglise au sujet du péché ?" Le prêtre sourit, et dit : "Ce qu’ils veulent changer, c’est eux-mêmes. Et Jean Paul II leur a rappelé qu’avec la grâce de Dieu, ils en sont capables. Voilà pourquoi ils sont venus se confesser." Aussitôt l’interview a été interrompue pour faire place à un spot publicitaire.

Voilà le don que le Christ nous a laissé dans le sacrement de l’Ordre : une assistance puissante, sacramentelle, vivante tout au long du chemin difficile de la vie, un don qui, à la fois, prouve que nous sommes aimés et qui fortifie notre amour.

 

C’est au cours de cette nuit que Jésus nous a fait ces grands cadeaux.

La meilleure manière, peut-être, de le remercier, c’est de prendre du temps au cours des jours qui vont suivre, pour vraiment en profiter, pour en faire bon usage. C’est de permettre à ces dons de répondre à nos besoins les plus profonds en ouvrant notre cœur avec courage au Christ.

Le premier besoin, c’est celui d’être aimé. Si nous ne savons pas que nous sommes aimés de manière inconditionnelle, pleinement, de fond en comble, simplement pour ce que nous sommes, il est pratiquement impossible pour nous de pouvoir aimer en retour, comme nous y sommes appelés parce que nous sommes à l’image de Dieu. Et plus nous savons que nous sommes aimés, plus nous sommes fortifiés, et plus nous devenons capables d’aimer en retour. Nous avons tous pu en faire l’expérience, même au niveau purement humain. Quand nous nous savons aimés, nous sommes forts.

Eh bien, permettons à Jésus de nous assurer de son amour pour nous tout au long de ce temps, en priant, en lisant, en réfléchissant, en participant à la liturgie, en recevant les sacrements. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Nous tous qui sommes ici ce soir, nous avons tous pu faire déjà l’expérience de l’amour du Christ pour nous, au moins un peu, même si nous avons besoin d’en faire l’expérience toujours plus.

Mais je suis sûr que chacun de nous connaît quelqu’un qui n’en a jamais fait l’expérience, ou qui n’en a plus fait l’expérience depuis longtemps. Soyons des chrétiens véritables, authentiques pour ces gens, de vrais disciples du Christ en ce temps de Pâques. Prions pour eux, invitons-les à nos liturgies, ou allons à leur rencontre, en leur lavant les pieds d’une manière ou d’une autre, pour leur permettre de faire l’expérience de l’amour du Christ par notre amour à l’image de l’amour du Christ. Jésus n’est-il pas mort pour eux aussi ? Son amour qui sauve est beaucoup trop précieux pour les garder pour nous-mêmes.

 

RSS Contact