Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Homélies catholiques de la Martinique
les homélies d'un prêtre catholique en paroisse, ayant prêché de nombreuses retraites en foyer de charité

Homélie 1er Dimanche du Carême A 2011 – Jésus vient nous fortifier pour le combat

dominicanus #Année A (2010 - 2011)

1 careme A ev1

 

 

Le péché originel est la première scène d’une longue et complexe pièce de théâtre de l’histoire de l’humanité. La venue du Seigneur dans la Gloire et le Jugement Dernier formeront la scène finale. Tout ce qui se trouve entre ces deux scènes est relié tout à la fois au péché originel et au Jugement Dernier.


Le monde d’aujourd’hui a massivement oublié ces deux scènes déterminantes. A cause de tous les progrès dans les sciences et la technologie, l’homme est tenté de croire qu’il peut se suffire à lui-même, qu’il n’est pas affecté par les conséquences du péché originel, et qu’il ne sera pas jugé par une puissance supérieure (Dieu) après sa mort. Mais ce n’est qu’une autre version de l’antique mensonge du démon. Tout se passe comme si le démon nous avait persuadé que, puisque nous avons appris à changer les pierres en pains, à maîtriser le monde physique, matériel, nous sommes nous-mêmes des dieux qui n’ont pas besoin d’un autre Dieu. C’est ce même mensonge qui a trompé Adam et Eve.


Aujourd’hui, au début de notre chemin de Carême, l’Eglise démasque ce mensonge. Tout au long du Carême, nous prêtons une attention particulière à nos péchés et à nos mauvaises inclinations, justement parce que nous ne voulons pas oublier la vue d’ensemble, la trame de l’histoire qui donne une signification réelle à notre vie en nous rappelant que nous ne suffisons pas à nous-mêmes.


Le péché originel constitue l’un des chapitres les plus importants de ce livre, et l’un des plus mal compris. Prenons donc quelques minutes pour nous remettre en mémoire ce dont il s’agit, et afin de nous rendre compte pourquoi c’est l’une des vérités les plus importantes de tout le Catéchisme.


Il y a trois choses que nous devons toujours garder en mémoire à propos de péché originel : le fait, la cause, et les conséquences.


D’abord, le fait que le péché originel a été commis. Cela fait partie de la révélation divine. Pour l’Eglise, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Voici comment elle l’exprime dans la Catéchisme (n. 390) :


« Le récit de la chute (Gn 3) utilise un langage imagé, mais il affirme un événement primordial, un fait qui a eu lieu au commencement de l’histoire de l’homme... La Révélation nous donne la certitude de foi que toute l’histoire humaine est marquée par la faute originelle librement commise par nos premiers parents. »

 

Cela peut paraître évident, mais si c’était le cas, Dieu n’aurait pas jugé nécessaire de nous le révéler. En tant qu’êtres humains déchus, nous avons toujours tendance d’imputer le mal à des structures sociales abstraites, d’attribuer le péché à des traumatismes psychologiques, en d’autres mots, de nier, d’ignorer, de minimiser la véritable source du mal dans le monde : le péché originel et ses conséquences. Si nous cédons à cette tentation, nous finirons par nous séparer de Dieu et par perdre contact avec la réalité.

 

Si nos tendances peccamineuses n’étaient dues qu’à une éducation déficiente, nous n’aurions pas besoin d’un sauveur pour obtenir le pardon de nos péchés, mais uniquement de psychologues qui dispensent une thérapie.


Si tous les maux du monde étaient le résultat d’un mauvais système économique ou la faute de politiciens incapables, nous n’aurions pas besoin de la grâce de Dieu pour changer le cœur des hommes, et, pour améliorer la société, il suffirait d’élaborer une nouveau programme d’action.


Le fait que le péché originel est une réalité historique a été révélé par Dieu, et l’Eglise l’enseigne clairement. Nous avons besoin d’intégrer cela dans notre manière de voir le monde et nous-mêmes. Cela nous aidera à comprendre la réalité et à nous y épanouir.

 

 

La deuxième vérité essentielle au sujet du péché originel est la manière dont cela s’est passé. Qu’est-ce qui a causé le péché originel ?


L’Eglise précise que le récit biblique que nous venons d’entendre comporte un langage imagé, et non pas scientifique, ou historique. Cela signifie qu’il exprime la vérité sur ce qui s’est passé, mais sans pour autant donner tous les détails sur la manière dont les choses se sont passées. Nous pouvons épiloguer sur le comment, mais nos suppositions ne pourront jamais masquer le fait.


La première chose à noter au sujet de ce qui s’est passé est qu’Adam et Eve étaient des êtres humains moralement libres. Dieu les a créés « à son image », ce qui veut dire qu’ils étaient capables de vivre dans son amitié, de le connaître et de l’aimer. Mais l’amitié avec Dieu est unique, car Dieu est Dieu, et nous dépendons de lui. Pour vivre dans l’amitié avec Dieu, il est nécessaire d’admettre cela. Voici comment le Catéchisme (n. 396) l'exprime :


« Dieu a créé l’homme à son image et l’a constitué dans son amitié. Créature spirituelle, l’homme ne peut vivre cette amitié que sur le mode de la libre soumission à Dieu. C’est ce qu’exprime la défense faite à l’homme de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, "car du jour où tu en mangeras, tu mourras" (Gn 2, 17). "L’arbre de la connaissance du bien et du mal" (Gn 2, 17) évoque symboliquement la limite infranchissable que l’homme, en tant que créature, doit librement reconnaître et respecter avec confiance. L’homme dépend du Créateur, il est soumis aux lois de la création et aux normes morales qui règlent l’usage de la liberté. »


Nous ne sommes pas Dieu. Notre existence et notre bonheur dépendent de Dieu. Si nous ne voulons pas accepter cela, nous sommes comme un arbre qui veut "se libérer" du sol. qui le nourrit et le fait vivre. Nous allons droit à la catastrophe.


C’est exactement ce qui s’est passé avec Adam et Eve : ils se sont déracinés du sol de l’amitié avec Dieu parce qu’ils n’acceptaient pas de ne pas être les égaux de Dieu. Voilà l’essence du péché originel (n. 397) :


« L’homme, tenté par le diable, a laissé mourir dans son cœur la confiance envers son créateur (cf. Gn 3, 1-11) et, en abusant de sa liberté, a désobéi au commandement de Dieu. C’est en cela qu’a consisté le premier péché de l’homme (cf. Rm 5, 19). Tout péché, par la suite, sera une désobéissance à Dieu et un manque de confiance en sa bonté. »


Le démon a encouragé cette révolte avec ses mensonges. Il a répandu la semence de la tentation. Mais cela n’enlève rien à la responsabilité d’Adam et d’Eve, quand ils ont cédé à la tentation. Ils ont librement fait un mauvais usage de la liberté, en proclamant leur indépendance au lieu de resserrer leurs liens avec Dieu.

 

 

Le péché originel est donc un fait historique, et il a consisté dans la rébellion de nos premiers parents qui ont refusé de dépendre de Dieu.


La troisième clé pour une juste compréhension du péché originel est, pour le dire simplement, qu’il n’a pas affecté seulement Adam et Eve, mais toute la race humaine. Dieu nous a créés comme une famille, et quand nos premiers parents se sont révoltés contre lui, c’est toute la famille humaine qui en a porté les conséquences. L’aliénation qu’ont connu Adam et Eve (quand ils se sont cachés dans le jardin) a contaminé tout le genre humain. L’adversité des forces de la nature (représentée par l’enfantement dans les douleurs pour Eve, et la sueur du front d’Adam) a également affecté toute leur descendance.


De plus, le diable, à qui Adam et Eve ont choisi d’obéir plutôt qu’à Dieu, a pu exercer, par cette révolte, une grande influence sur tout ce qui concerne l’humanité.


« Par le péché des premiers parents, le diable a acquis une certaine domination sur l’homme, bien que ce dernier demeure libre. Le péché originel entraîne "la servitude sous le pouvoir de celui qui possédait l’empire de la mort, c’est-à-dire du diable". Ignorer que l’homme a une nature blessée, inclinée au mal, donne lieu à de graves erreurs dans le domaine de l’éducation, de la politique, de l’action sociale et des mœurs. » (CEC n. 407)


Le péché originel constitue l’origine, non seulement du péché, mais de tout le combat entre le bien et le mal dont est marquée l’histoire de tout être humain et de la communauté.


Nous avons tous deux tendances en nous : l’inclination au bien (qui fait partie de notre nature créée par Dieu), et la tendance à l’égoïsme (la part déchue de notre nature). Ces deux tendances mènent un combat incessant l’une contre l’autre dans notre cœur et dans nos relations, et ce sera le cas tout au long de notre vie, même après le baptême (CEC n. 1264) :


« Dans le baptisé, certaines conséquences temporelles du péché demeurent cependant, tels les souffrances, la maladie, la mort, ou les fragilités inhérentes à la vie comme les faiblesses de caractère, etc., ainsi qu’une inclination au péché que la Tradition appelle la concupiscence, ou, métaphoriquement, " le foyer du péché " (fomes peccati) : " Laissée pour nos combats, la concupiscence n’est pas capable de nuire à ceux qui, n’y consentant pas, résistent avec courage par la grâce du Christ. Bien plus, ‘celui qui aura combattu selon les règles sera couronné’ »


Cette bataille qui fait rage dans le cœur des hommes affecte tout le cours de l’histoire des hommes. Il suffit, pour le vérifier, de lire n’importe quel journal et ou de regarder les informations à la télévision n'importe quel jour.


Ecoutez ce passage de Vatican II (Gaudium et Spes 13) :


« Établi par Dieu dans un état de justice, l’homme, séduit par le Malin, dès le début de l’histoire, a abusé de sa liberté, en se dressant contre Dieu et en désirant parvenir à sa fin hors de Dieu. Ayant connu Dieu, « ils ne lui ont pas rendu gloire comme à un Dieu (...) mais leur cœur inintelligent s’est enténébré », et ils ont servi la créature de préférence au Créateur. Ce que la Révélation divine nous découvre ainsi, notre propre expérience le confirme. Car l’homme, s’il regarde au-dedans de son cœur, se découvre enclin aussi au mal, submergé de multiples maux qui ne peuvent provenir de son Créateur, qui est bon. Refusant souvent de reconnaître Dieu comme son principe, l’homme a, par le fait même, brisé l’ordre qui l’orientait à sa fin dernière, et, en même temps, il a rompu toute harmonie, soit par rapport à lui-même, soit par rapport aux autres hommes et à toute la création. »


 

A première vue, il y a de quoi se décourager. La vie est un combat qui ne cessera qu’à notre mort. Pas moyen d’y échapper… Mais le péché originel n’est que le début de l’histoire. Dieu ne nous abandonne pas. Il aurait pu. Il aurait eu le droit. Mais il ne l’a pas fait. Il est parti à la recherche d’Adam et d’Eve alors qu’ils s’étaient cachés dans le jardin. Il part aussi à notre recherche. Il nous envoie un Sauveur, Jésus Christ.


Contrairement au premier Adam, le Christ, nouvel Adam, n’a jamais désobéi à Dieu le Père. Il n’a jamais perdu confiance en lui. Des tentations au désert jusqu'à sa mort sur une croix, il est resté fidèle. Il a défait le démon, réparant ainsi la blessure ouverte par le péché originel. Marie, la nouvelle Eve, était là, avec lui, comblée de grâce, fidèle elle aussi, au pied de la croix.


C’est vrai, notre vie sera toujours un combat, à la fois contre nos propres tendances mauvaises, et contre les tendances mauvaises et la puissance du péché qui est à l’œuvre dans le monde qui nous entoure. Mais c’est dans le cadre de ce combat que notre vie prend tout son sens : nous sommes les soldats du Christ Roi. Parce que Dieu nous a révélé l’origine du mal et du chemin de la Rédemption, nous ne devons jamais être surpris ni par nos propres faiblesses, ni par les injustices et les souffrances que nous rencontrons dans le monde. Nous connaissons l’histoire ! Nous savons ce qui se passe !


Aujourd’hui, au moment où Jésus vient pour nous fortifier pour la bataille en nous donner l’énergie de la Sainte Communion, renouvelons aussi notre foi dans cette histoire, et renouvelons notre engagement à mettre nos pas dans les pas du Christ et de Marie, et non pas dans ceux d’Adam et d’Eve.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact