Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Homélies catholiques de la Martinique
les homélies d'un prêtre catholique en paroisse, ayant prêché de nombreuses retraites en foyer de charité

Homélie 34° dimanche du Temps Ordinaire C : En un mot: tout ! - Christ Roi de l'Univers (Lc 23, 35-43)

dominicanus #Année C (2006 - 2007)

34-T.O.C.Christ.Roi-2007.jpg    Comme je vous l'avais déjà rappelé l'année dernière la solennité du Christ Roi, qui termine l'année liturgique, a été instituée par le Pape Pie XI, pour affirmer la souveraine autorité du Christ sur les hommes et les institutions. Pie XI l'avait fixée au dimanche qui précède la Toussaint. Mais Paul VI l'a transférée au dernier dimanche de l'année liturgique pour mettre l'accent sur le caractère cosmique et eschatologique de la royauté du Christ.

Cette dimension cosmique et eschatologique est magnifiquement exprimée par saint Paul (cf. 2° lect.), d'abord dans l'ordre de la rédemption :
Il nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, il nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé,
par qui nous sommes rachetés et par qui nos péchés sont pardonnés.

Et plus loin :
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui,
sur la terre et dans les cieux,
en faisant la paix par le sang de sa croix.

Cet aspect trouve un écho dans la préface de la solennité :
Tu as consacré Prêtre éternel et Roi de l'univers ton Fils unique, Jésus Christ, notre Seigneur, afin qu'il s'offre lui-même sur l'autel de la Croix en victime pure et pacifique, pour accomplir les mystères de notre rédemption.

Saint Paul chante aussi la royauté du Christ dans l'ordre de la création :
c'est en lui que tout a été créé
dans les cieux et sur la terre,
les êtres visibles
et les puissances invisibles :
tout est créé par lui et pour lui.

En lui ... par lui et pour lui : cela évoque la conclusion de la prière eucharistique, la doxologie finale, où le célébrant dit (ou chante) :
Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père tout-puisssant, dans l'unité du Saint Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siècles.
Et l'assemblée répond :
Amen !

    Chaque eucharistie est ainsi une célébration du Christ Roi en tant qu'auteur souverain de la rédemption et de la création. Elle actualise cette royauté, en la rendant accessible à tous. Ne pas être fidèle à l'eucharistie dominicale, cela revient à ne pas accepter et à rejeter la royauté du Christ ! Car celui qui est notre Roi, celui qui est le Roi de l'univers, ce n'est pas un roi lointain ou absent ; c'est un roi qui s'est fait chair et qui est venu camper parmi nous (cf. Jn 1, 14) ; en nous voyant il nous dit : "Aujourd'hui il faut que j'aille demeurer chez toi !" (Lc 19, 5) ; il est venu marcher sur nos chemins afin que nous lui demandions de rester avec nous (cf. Lc 24, 29).

    Encore faut-il, quand nous le célébrons, que nous ne l'honorions pas des lèvres seulement, mais de tout notre coeur (cf. Is 29, 13 ; Mc 7, 6). Considérer la participation (ou l'assistance !) à la messe du dimanche comme une manière de se débarrasser du bon Dieu
pour le reste de la semaine, ainsi que le disait le curé d'Ars à ses paroissiens, c'est de l'hypocrisie. L'hypocrisie n'honore pas Dieu, et elle ne sauve personne. Les chrétiens, c'est comme les automobilistes :  s'ils sont seulement "du dimanche", ils ne savent pas conduire, ils ne savent pas SE conduire.

    Entrer dans une église et faire une profonde génuflexion (que beaucoup ne font même plus), ça n'est pas quelque chose d'anodin, vous voyez ! C'est reconnaître que celui qui est là dans le tabernacle est notre roi et vouloir se soumettre à lui. Quand nous faisons cette génuflexion nous exprimons par l'attitude de notre corps que nous nous engageons à faire sa volonté et à vivre selon ses commandements avec tout l'amour de notre pauvre coeur et à chaque instant de notre vie.

    Venir à la messe, ce n'est pas s'engager envers le Christ pendant une heure, une heure et demie ou deux heures et demie (ça dépend de l'endroit) et parce qu'on est "obligé". Non ! c'est s'engager envers lui pendant toute la semaine, pendant toute notre vie et de tout notre coeur, parce qu'il est celui qui nous a sauvés, celui qui nous a pardonné, celui "de qui nous tenons la vie, la croissance et l'être" (6° préface des dimanches), c'est-à-dire tout.

    Tout ... Voilà le mot clé, le mot de passe, en quelque sorte, pour entrer dans le Royaume du Christ. Un bon petit exercice que vous pouvez tous faire aujourd'hui, chez vous, en famille, pourquoi pas, c'est de reprendre d'abord la deuxième lecture et de regarder combien de fois ce mot "tout" revient. Ensuite, vous pouvez aller plus loin en essayant de repérer dans les textes de la bible et de la messe d'ajourd'hui et de la liturgie dans son ensemble d'autres exemples où ce mot est utilisé par rapport à Dieu, au Christ, et à nous.

    Tout, c'est le mot qui dit tout ! C'est tout l'ordre de la rédemption. C'est tout l'ordre de la création. Jésus est le roi de tous les hommes de tout âge, de toute race, de tous les pays. Il est le roi de tout l'homme, corps et âme. Il est le roi, non seulement des hommes, mais de l'univers, c'est-à-dire du monde minéral, végétal, animal ... Voyez comment cela s'exprime dans la liturgie : les pierres, les fleurs ... Il y a des églises où le chien du curé est couché près de l'autel pendant toute la messe. Chez nous le monde animal est représenté seulement par les moustiques. Chacun ses goûts ! Il est le roi de l'univers. Y-a-til d'autres planètes où il y a une forme de vie que la terre ? L'Église ne l'excut pas. Mais si c'est le cas, nous savons déjà que le Christ en est le roi !

    Voyez aussi comment la liturgie implique tout notre corps. Je vous ai parlé de la génuflexion. Il y a la postion assise et debout. À certaines occasions, il y a même la postion couchée, le vendedi saint, et au moment de la litantie des saints pour les ordinations.

    La liturgie parle à nos cinq sens : la vue et l'ouïe, le toucher et l'odorat, le goût. Tout cela, c'est la royauté universelle du Christ.

    Dans le temps aussi, la royauté du Christ s'étend à toutes les époques de l'univers, à toutes les périodes de notre vie aussi. Il y en a qui disent : Oui, je veux bien, mais pas tout ... de suite. Et ils se réclament de l'exemple du bon larron de l'évangile. Jésus, disent-ils, est miséricordieux. On aura toujours le temps de s'arranger avec lui. Pour l'instant, profitons de la vie ! Cela aussi est de l'hypocrisie. S'ils croient que Jésus est si bon, pourquoi continuent-ils d'enfoncer des clous dans sa chair par leur vie de péché ?

    Ce qu'ils oublient, c'est que le bon larron n'a rencontré son roi qu'à la fin de sa vie, au moment de mourir. Nous, nous l'avons rencontré depuis quand ? - Depuis notre baptême ! Très bien. C'est le jour de notre baptême que Dieu "nous a arrachés au pouvoir des ténèbres" et qu'il "nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé" (2° lect.). Ce qu'ils oublient aussi, c'est que pendant le temps qui lui restait à vivre, le bon larron a reconnu ses péchés, supporté sa souffrance et défendu le Christ contre les moqueries de son compagnon de ténèbres. Alors faisons-en autant.

    Est-ce que vous vous souvenez de ce que nous avons demandé au Seigneur dimanche dernier dans la prière d'ouverture de la messe ?


Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité:
Car c'est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien.

Et le jour de la Présentation de la Vierge Marie :

Puisque nous célébrons la mémoire de la très sainte Vierge Marie,
Accorde-nous, Seigneur, par son intercession, le bonheur de vivre dès maintenant en ta présence et d'avoir part un jour à la plénitude de ta grâce.

Et aujourd'hui :

Dieu éternel, tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l'univers;
Fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta puissance et te glorifie sans fin.
   
    Vous voyez, ces prières-là, nous ne pouvons pas les réciter du bout des lèvres. Cela n'aurait aucun sens.



Pour lire l'homélie de l'année dernière :

SOLENNITÉ DU CHRIST ROI DE L'UNIVERS: DE L'APOSTASIE AU TÉMOIGNAGE (Jn 18, 33-37)


RSS Contact